Le thé japonais - 茶

A l'origine, l’arbre à thé vert existait déjà à l’état sauvage, dans les régions montagneuses du Japon, et était appelé  "Sancha" (thé de montagne).

Des extraits de cette plante ont été utilisés sous forme d’infusion médicinale.

 

Mais c'est en 805, que le thé à réellement été découvert au Japon. Les moines Bouddhistes japonais Saicho et Kukai qui étaient parti étudier la Chine, ont rapporté au Japon des graines de thé. Celles-ci ont été semées dans le premier jardin à thé dans la préfecture de Saga, au sud du Japon. 

 

Ensuite l’empereur Saga aurait promu la culture et la consommation de thé vert. Puis il aurait été invité dans un temple Bouddhiste, le temple Bonshakuji, et du thé vert aurait été servi. C'est à ce moment là que le thé vert aurait été reconnu pour son effet tonique et curatif. Les moines bouddhistes auraient par la suite continué à promouvoir le thé et ses méthodes de production, qu'ils importaient de la Chine. Le moine Dôgen aurait quand à lui importé des ustensiles liés au thé et inventé la cérémonie du thé dans les années 1200.



Les différents thés japonais - 茶

Le Tamaryokucha

Ce thé vert est fabriqué de manière très spécifique, avec la méthode chinoise actuelle, c’est à dire une fixation des feuilles « à sec ». 

Le résultat donne un goût fruité voire parfois fleuri.

 

Le Kokeicha

Dérivé du Sencha qui a été travaillé à la vapeur, ce qui lui donne une couleur dorée et un goût plus doux.

 

Le Tencha

Il s’apparente au Sencha, mais de qualité supérieure, et il sert généralement à produire le Matcha.

 

Le Gyokuro

Incontestablement le plus grand thé vert du Japon.

Thé cultivé avec une période à l'ombre grâce à des bâches en paille. Cette méthode isole les théiers des rayons du soleil et permet de concentrer la chlorophylle et les arômes pour un goût végétal plus prononcé. 

 

Le Kôcha (thé noir)

Thé ayant subit une oxydation complète.

 

Le Bancha

Considéré comme le plus commun, et le plus nourrissant.

Le Sencha

Le plus courant et le plus populaire, il concerne 75% de la production. Son infusion légèrement amère et claire accompagne le quotidien des japonais. 

  

Le Hojicha 

Obtenu à partir de feuilles grillées, ce qui lui donne une couleur brune, il a une faible teneur en théine.

 

Le Genmaicha

Mélange de thé vert, de grains de riz grillés, et de maïs soufflé, ce qui donne un goût très original avec des notes de fruits secs et grillés. 

 

Le Matcha

Thé vert qui a été réduit en poudre, ce qui accentue son goût et ses effets apaisants et curatifs.

Il est utilisé pendant la cérémonie du thé, il servira également dans de nombreuses recettes de pâtisseries.

 

Le Oolong

C'est un thé semi-oxydé, avec un goût plus léger aux notes végétales et/ou fleuries.

 




Les jardins japonais - 日本庭園

Le bouddhisme zen a conquit le Japon au milieu du XIIe siècle, ce qui a donné l'apparition des jardins zen japonais. 

Au japon il est important d’aménager un jardin japonais, c’est un art à respecter. Les japonais cherchent à reproduire dans leur jardin un site naturel avec de l'eau, des îles, des collines et des montagnes.

 

On retrouve toujours les mêmes composants de base dans le jardin japonais :  le pavillon de thé, le pas japonais (un sentier de pierres), les rochers, l'eau, le sable, les lanternes, une fontaine, les bambous, les arbres et arbustes, les plantes aquatiques, les plantes couvre-sol.

Cet art à part entière est basé sur des techniques mêlant la perspective, la dynamique et l’abstraction. Un jardin japonais n’est jamais explicite, il y a des faces cachées que l’on 

découvre en explorant l’espace.

 

Il existe 3 grandes classifications de jardins japonais :

- shizen fûkeishiki : les jardins qui représentent la nature en miniature.

- karesansui : les jardins secs, fortement inspirés par le bouddhisme zen et destinés à la méditation. Le sable et le gravier remplacent l'eau.

- chaniwa : les jardins de thé menant au pavillon du thé.

 

Les jardins japonais miniatures vous permettront d'avoir votre petit jardin à l'intérieur de chez vous.



Les bonsai - 盆栽

Le nom bonsai vient de "bon" = pot et "sai" = plante, et signifie donc "arbre nain".

Le bonsai est issu d'une ancienne tradition chinoise qui consistait à mettre en pot des arbres sauvages prélevés dans la nature. Cette tradition fut adoptée par le Japon au VII siècle ou elle fut améliorée et transformée en une forme d'art.

Les bonsai sont des arbres cultivés de façon particulière qui conservent leur petite dimension grâce à une taille régulière des feuilles, des branches et des racines.

 

Les bonsai peuvent être mis en forme.

La manière la plus courante pour former un arbre est de le tailler régulièrement pour l'affiner ou lui donner un aspect particulier. Les arbres peuvent aussi être ligaturés avec des fils pour repositionner les branches. On peut également travailler le bois mort, faire apparaître les racines, modifier l'épaisseur du tronc, ce qui donnera des bonsai aux aspects très différents.



Sakura (cerisier japonais) - 桜

Le cerisier japonais (Prunus serrulata) est un arbre très cultivé au Japon depuis le XVème siècle, il a également fait l'objet de beaucoup d'hybridations.

Les différentes variétés se distinguent par la forme et le nombre de pétales des fleurs et aussi leur couleur, qui varie du blanc au jaune, en passant par toutes les nuances du rose. Certaines espèces changent de couleur au cours de leur floraison.

 

Il est largement utilisé comme arbre d'ornement pour sa splendide floraison printanière et son feuillage coloré en automne. La floraison des cerisiers japonais est un événement national qui attire de nombreux touristes.

 

Dans la médecine traditionnelle asiatique, les cerises se sont avérées bénéfiques pour une variété de maladies comme les maladies cardiaques, les maux de dents. L'analyse moderne a révélée de fortes propriétés antivirales, antioxydantes et anti-cancérigènes. 

 

La fleur de cerisier est un symbole très important au Japon, elle est particulièrement utilisée dans les arts et l'artisanat japonais. On la retrouve aussi sur les insignes militaires, policières et certaines distinctions officielles. Sa représentation apparaît sur les pièces de 100 yens et le mot même "sakura" est devenu un prénom féminin.



Ume (prunier japonais) - 梅

Le prunier fut importé au Japon à l’époque de Nara, en tant que plante médicinale, son fruit aurait des propriétés pour soulager la toux et les maladies pulmonaires.

 

Sa fleur est devenue de plus en plus représentée, notamment sur les kimono, et de nombreux poèmes ont été écrit sur le prunier.

Les pruniers fleurissent à la fin de l'hiver et sont annonciateurs du printemps. D'une senteur plus forte que les cerisiers, ils colorent les jardins et les parcs du Japon de leur teinte souvent très rose, tirant parfois vers le blanc ou le jaune selon les espèces. Il existe plus de 300 variétés de fleurs de prunier.

Un festival est organisé tous les ans en l'honneur de sa floraison.

 

Le fruit, se positionne entre nos prunes et abricots. Il est assez acide et se consomme principalement transformé comme les umeboshi (prunes salées) ou l'umeshu (alcool de prune).



Momiji (érable japonais) - 紅葉

Les momiji sont des érables dont les feuilles rougissent à l'automne. Cette espèce d’arbre est souvent plantée dans les jardins pour ses formes et ses couleurs variées.

 

Le rougissement des feuilles est appelé "kôyô". C'est un événement populaire au Japon durant lequel les habitants sortent pour admirer la nature. Cette tradition existe depuis l'ère Edo. 

Certains temples et jardins mettent en place des lumières pour mettre en valeur les couleurs de leurs érables pendant cette période.

 

Les feuilles d'érable sont utilisées par certains restaurants pour décorer leurs plats. Il y a aussi des spécialités qui s'inspirent de la feuille du momiji, comme le momiji manjû ou les tempura de momiji.



Ginkgo (arbre aux feuilles d'or) - 銀杏

Le ginkgo est un arbre originaire d'Asie qui est apparu au Japon il y a environ 1000 ans. Aujourd'hui cet arbre fait partie du paysage japonais, notamment en automne aux cotés de l'érable japonais (momiji). Il est très répandu dans les sanctuaires.

 

Le ginkgo de Hôryô planté il y a près de 1 100 ans, et déclaré monument naturel en 1926, fait 31 mètres de haut pour environ 13 mètres de large.

 

La feuille du ginkgo possède une forme particulière, et prend une couleur jaune dorée pendant l'automne.

L'arbre donne également des noix qui sont comestibles, mangées grillées leur goût se rapproche de celui du maïs.

 

Le ginkgo est un symbole de longévité, en médecine il est réputé pour prolonger la vie. Des recherches montrent son intérêt pour les problèmes liés à l'âge, comme les problèmes cognitifs (mémoire, maladie d'Alzheimer,...). Il interviendrait également pour l’amélioration de la circulation sanguine.

 

La feuille du ginkgo est également utilisée en sumô, représentée par le chignon que l'on fait aux lutteurs hauts gradés (ôichô-mage).



Asagao (ipomée du Japon) - 朝顔

Cette fleur pousse en juillet et annonce l'été.

Les fleurs s’ouvrent dès le matin ce qui lui vaut le nom de "visage du matin".

 

Elle est depuis très longtemps cultivée comme plante décorative et il en existe de très nombreuses variétés. 

Les écoles primaires font cultiver cette fleur aux enfants afin de leur apprendre à observer les plantes.

 

L'Asagao est une fleur éphémère, elle s'ouvre le matin et fane le soir, mais les fleurs se renouvellent chaque jour.

 

On retrouve le motif de cette fleur sur tous les accessoires traditionnels d'été comme les yukata, la vaisselle, les éventails, les serviettes en coton.



Higanbana (amaryllis japonais) - 彼岸花

L'higanbana, aussi appelée "fleur d'équinoxe" ou "fleur de lys araignée rouge", est une fleur qui fleurit à l'automne au Japon.

 

Cette fleur pousse en septembre et rappelle les feuilles des érables japonais en automne. 

C'est une plante vivace qui fleurit avant que les feuilles soient entièrement présentes, les tiges mesurent entre 30 et 70 cm.

 

Elle symbolise une séparation définitive, il vaut mieux éviter d'offrir un bouquet de ces fleurs à une personne appréciée.

Elle est également utilisée pour décorer les tombes et célébrer les morts, aux côtés du chrysanthème.

Les japonais l'utilisent aussi dans les jardins pour faire fuir les animaux nuisibles comme les rats, grâce au bulbe extrêmement toxique. 



Kaki - 柿

C'est le fruit national du Japon. Il pousse en campagne sur la bordure des champs, pendant l'automne.

 

Consommé en salade, en dessert ou même en pâtisserie, le kaki japonais est doux et sucré. Il est même possible de trouver des pâtes de fruit au kaki et des boissons !

 

Ils sont aussi séchés pour être conservés et consommés plus tard (notamment pendant les fêtes), ou pour être utilisés en décoration dans les vitrines.