Cerf sika - 鹿

C'est un cervidé originaire de l'est de l'Asie que l'on rencontre en Sibérie, Mandchourie, Chine, Corée, Japon et dans certaines îles. Au Japon, les populations les plus nombreuses se trouvent dans l'est de l'île d'Hokkaido. Plus d'un millier d'entre eux vivent à Nara.

 

Le cerf sika est un cervidé à la robe noisette avec des petites tâches blanches. En hiver le poil prend une teinte plus sombre et les taches s'estompent. Il est légèrement plus petit que le daim et possède des bois qui peuvent dépasser huit cors.

 

Le cerf sika est diurne et vit en petites hardes d'une dizaine d'individus, constituées de femelles et des jeunes de l'année. Les mâles restent en petits groupes ou solitaires jusqu'à la période du raire.

 

Ils affectionnent les forêts mixtes et buissonneuses et peuvent s'établir aussi bien sur les zones côtières, qu'en plaine ou dans les étages subalpins.

 

Le cerf sika se nourrit principalement d'herbe, de graminées mais aussi de lichens, de champignons, de feuilles, de jeunes pousses, de fruits sauvages, et même d'écorce en hiver.



Tanuki - 狸

Aussi nommé chien viverrin, il ressemble à un raton-laveur mais appartient à la famille des canidés dont il est le seul représentant à hiberner.

 

Principalement nocturnes, ce sont des animaux plutôt discrets et solitaires et l'on n'observe pas de structure sociale aussi élaborée que chez d'autres canidés, bien que certains individus apprécient la présence de leurs congénères. 

 

C'est un opportuniste alimentaire qui se nourrit de charognes, œufs, insectes, oisillons, escargots, petits rongeurs, 

grenouilles, crapauds ainsi que des champignons et des baies.

 

Durant l'automne, le poids du tanuki augmente considérablement afin de lui permettre de constituer des réserves pour l'hibernation. Cependant, l'hibernation n'est pas systématique puisqu'elle dépend de la température. Si celle-ci ne descend pas au dessous de -5°C, ils peuvent rester actifs ou ne s'endormir que pour quelques jours. 

 

L’aire de répartition est limitée à l’Asie orientale et couvre la région de l’Amur-Ussuri en Russie, la Corée, la Chine orientale, le Japon et le nord de l’Indochine. 



Momonga - モモンガ

Le momonga est un rongeur, appelé aussi écureuil volant du Japon. 

 

Ils mesurent de 10 à 20 cm pour seulement 100-200 grammes, et vivent exclusivement au Japon, le Pteromys momonga sur les îles de Honshû et de Kyûshû et le Ezo momonga à Hokkaido.

 

C'est un animal qui vit dans les arbres, ils construisent leur nid, composé principalement de mousse, au croisement entre les branches et le tronc.

On peut retrouver plusieurs individus de même sexe dans un seul nid, sauf lors de la saison de reproduction.

Les mères prennent soin principalement de leurs bébés, mais aussi ceux des autres lorsqu’elles sont ailleurs.

 

Ces petits mammifères sont capables de faire des vols planés. Ils sont silencieux en vol.

 

Ils sont herbivores et ils mangent principalement des noix, des insectes, du bois, de l’écorce, des fleurs, des fruits et des graines.



Shima enaga - シマエナガ

Le Shima-Enaga est une mésange de très petite taille. 

Bien que ces oiseaux puissent être trouvés partout au Japon, ceux d'Hokkaido sont les seuls où le visage est complètement blanc.

 

Ils vivent dans les grands arbres des forêts, dans les parcs et les jardins. Ils sont acrobatiques et énergiques, ils se nourrissent d'insectes et de larves, en particulier les chenilles, et aussi de baies. 

 

Ils apparaissent toujours par groupes de 20 à 30 oiseaux.

En été, il est possible de voir des adultes accompagnés de nombreux oisillons.

Les mésanges construisent leur nid en couple en utilisant de la mousse et du lichen, de la laine, des poils et des fourrures, et de la soie. Puis ils tapissent l'intérieur de plumes.



Kabutomushi - カブトムシ

Le scarabée rhinocéros japonais ou kabutomushi, est un insecte très populaire au Japon, grâce à son image de combattant et sa ressemblance avec les casques de samurai. 

Les jeunes japonais aiment posséder cet insecte, assez facile à élever et résistant.

 

Ce sont des insectes d’été. Ils ne vivent que 4 mois à l’âge adulte puis ils meurent vers septembre/octobre.

Les mâles sont beaucoup plus gros, atteignant une longueur de 4 à 8cm. Ils ont une corne en forme de Y qu'ils utilisent pour se battre, ils peuvent même projeter leur adversaire en l'air.

 

C'est un insecte nocturne qui se nourrit particulièrement de fruits mais aussi de sève d'arbre, et tout ce qui est sucré.

Il passe presque toute sa vie sous terre.



Lizuna - 鼬

Lizuna est une belette blanche vivant à Hokkaido.

Ce genre de belette préfère vivre dans les zones froides et leurs corps sont adaptés à la basse température.

 

C'est une espèce prédatrice qui se nourrit de souris, insectes, poissons, grenouilles et d’oiseaux minuscules.

 

Les belettes sont curieuses et examineront les trous et les creux dans les rochers, les arbres et les sous-bois, à la recherche de pistes.

Ce sont aussi des animaux très prudents et très rapides.

 

Elles vivent dans des tanières, dans des rondins creux et des souches d’arbres, tapissant leur trou de plumes ou d’herbe.

Elles stockent parfois leur proies dans leur cache.

Les belettes sont des animaux propres qui utilisent une latrine.



Kuma (ours du Japon) - くま

Le Japon, abrite environ 30 000 ours de deux espèces différentes :

L’une est le hi-guma (ours brun), qui vit au nord de Honshu et à Hokkaido. 

L’autre, le tsukinowa-guma (ours noir d’Asie), occupe des aires du Honshu, et de Shikoku.

 

Les ours noirs vivent dans les zones montagneuses et hibernent la majeure partie de l’hiver. Ce sont d’excellents grimpeurs et ils construisent souvent des nids dans les arbres, où sur des pentes raides. Leur repaire peut aussi être dans le creux d’un arbre, sous de grandes roches ou sous la terre. Ils y mangent et y dorment. 

 

L’ours noir du Japon est omnivore, il s’alimente principalement de matière végétale toute l’année. Selon l’époque, son régime se compose de glands, de petites pousses vertes, de cerises, de fourmis et d’autres insectes. Les glands sont une nourriture essentielle pour les ours en automne, car ils leur permettent d’augmenter leur masse corporelle avant l’hibernation d’hiver. Il chasse rarement mais il peut lui arriver de manger des petits animaux tels que des grenouilles, des lézards, des crabes et des charogne. 

 

Une grande partie de l’habitat d’origine de l’ours noir du Japon a été utilisé pour des plantations. Le déboisement incontrôlé a continué au fil des années, forçant 

les ours à pénétrer dans les villages ou les fermes pour trouver de la nourriture. Devenu une gêne au développement humain, les ours noirs du Japon sont chassés.

 

Les japonais savent vivre avec l'ours, aux abords des fermes, les poubelles et surtout les ruches sont protégées par des grillages. Sur les chemins de montagne, des avertissement figurent à l'intention des promeneurs et des cloches sont à la disposition des randonneurs pour faire fuir l'ours. Les guides locaux ont des bâtons équipés de clochettes.



Carpes koi - 鯉

La carpe koi, autrefois appelée "nishikigoi" (carpe colorée) est une race de poissons ornementaux obtenu à partir de croisements entre individus de la carpe commune qui vivait dans les rizières. 

 

La carpe koi fut introduite au Japon lors des invasions chinoises dans les années 1800. Les premiers élevages étaient à Niigata dans les rizières. En 1914, huits carpes koi ont été

offertes au fils de l'empereur Taisho, ce qui permit sa propagation dans le reste du Japon et le monde entier.

Ce poisson est très prisé et élevé en Chine, en Corée, au Japon et au Vietnam.

 

Les koi sont considérées comme un symbole d'amour, de courage et de force, car ce sont des poissons capables de remonter des courants d'eau.

Il existe plus de 20 variétés de carpes koi, en fonction du nombre de couleurs qu'elles possèdent, les couleurs de leurs écailles. Les koi peuvent vivre jusqu'à 40ans et mesurer jusqu'à 80cm. 

Les carpes koi étant très calmes, elles apportent beauté et sérénité dans les jardins.



Shiba inu - 柴犬

Le shiba est une race de chien originaire du Japon.

 

C'était à l'origine un chien de chasse pour le petit gibier et les oiseaux.

 

Le shiba est un chien de petite taille avec une ossature et des muscles bien développés, ses yeux assez petits sont bridés. Leur couleur standard possède un urajiro : présence de poils blancs sur les faces latérales du museau et sur les joues, sous la mâchoire et sur la gorge, le poitrail et le ventre, à la face inférieure de la queue et à la face interne des pattes.

 

Il est décrit comme un chien fidèle, très attentif et très éveillé qui n'aime pas rester seul. C'est un chien particulièrement propre, cette race semble éviter délibérément les endroits susceptibles de tâcher leur robe.



Tanchô (grue du Japon) - 丹頂

La grue du Japon symbolise la longévité et la fidélité d'où son côté emblématique. On la retrouve sur le dos des billets de 1000 yens et dans les cours d'origami.

 

C'est un des plus grands oiseaux du monde, elle peut atteindre 280cm pour une masse totale de seulement 10kg.

Son corps est entièrement blanc sauf l'extrémité des ailes et le cou qui sont noirs. Le sommet de son crâne est rouge et les pattes sont noir uni.

Les grues japonaises nichent et se nourrissent dans les marais  en eaux profondes, la présence de pelouses d'herbes sèches leur est indispensable pendant la période de nidification. On peut également les trouver dans des zones agricoles, comme les rizières.

 

Les grues japonaises ont un régime omnivore. Elles se nourrissent d'insectes, d'invertébrés aquatiques, de poissons, d'amphibiens et de rongeurs ainsi que de roseaux, d'herbes, de baies de bruyère, de blé et d'autres plantes.

 

La chasse et l’urbanisation ont largement contribué à la régression de l’espèce. En 1952, seuls 33 individus peuplaient l’île d'Hokkaido. Cette année là, l'hiver a connu des records de froid et ces animaux n'auraient pas dû y survivre. Les fermiers et les enfants des écoles les ont nourries et sauvées. C'est ainsi qu'est née la tradition de nourrir les grues en hiver et des sites de nourrissage sont entretenus. La population s’est stabilisée ensuite autour de 600 à 900 spécimens.